dimanche 22 juin 2008

Les jeunes d'aujourd'hui...

...sont les futurs vieux de demain ! (quel titre pourri)



Le Japon est un pays vieillissant : d’une part il possède l’un des plus grands nombre de centenaires au monde; d’autre part le taux de natalité en est l’un des plus bas : 1,29 en 2004. Depuis 2005, on estime même que la population japonaise décroît…
Alors voilà, des petits vieux, on en voit de plus en plus au Japon. Et quels petits vieux ! Toujours d’aplomb malgré leur grand age, ils resteront actifs jusqu’au bout. Et si on ne peut plus marcher, on enfourche son caddy roulant, voir même sa papymobile et... en avant!


C'est parfois troublant pour nous autres occidentaux de voir l'endurance de certaines personnes âgées ici. Dans beaucoup de sites touristiques, parfois même en des endroits où il faut beaucoup marcher, ils sont nombreux à se balader.
Et je ne parle pas de ceux qui continuent à travailler après l'age de la retraite...
PS: Pour plus de détails sur la démographie au Japon, voici un lien sur wikipedia.

2 commentaires:

paul a dit…

Brrrr! :S euh désolé, mais moi, c'est ce que ça m'inspire toutes ces personnes âgées : pour ce post, tu as peut être vu le reportage d'hier sur Arte consacré au japon sur les vieux qui travaillent bien après 70 ans, le cardio de 97 ans, le poids des retraites et la manière de les financer etc. ?

Et pour le touriste, ils sont durs à supporter (comme en France) : les petites mamies qui vous poussent et vous marchent dessus pour passer, c'est une réalité vécue ! :D

akaieric a dit…

Je dirais qu'il y a un peu des deux... Certains sont agaçants, c'est vrai(comme disait Brassens, qu'on soit jeune ou vieux, quand on est con...), mais d'autres plus sympas...
En tout cas, le but de mon billet n'était nullement de dire que je trouvais que le vieillissement du Japon était une bonne chose (ce que je ne pense pas), et encore moins le fait que beaucoup continuent de travailler.
Je voulais juste montrer cet aspect là du Japon, et rendre hommage à ces gens qui continuent de vivre au lieu de se laisser mourir dans une maison de retraite ou devant leur télé.